De la « manawa » à la prescriptrice de mode : la contribution des Dominicaines à l’esthétique de la Guadeloupe

  • Alix Pierre Spelman College
Palavras-chave: Femmes, Caraïbes, Guadeloupe, République Dominicaine, Immigration

Resumo

Après les ressortissants d’Haïti, la communauté dominicaine est la plus importante en Guadeloupe, au regard des chiffres. Si une grande majorité des Haïtiens sont dans le secteur d’activité maraîcher, les Dominicains en sont absents. Ils sont au contraire plus diplômés et la population immigrante est majoritairement féminine. Il existe deux termes dans le vocabulaire créole guadeloupéen pour souligner la présence dominicaine: manawaet kolokèt. Lourds de sens (ils font tous les deux références aux prostituées importées), ils révèlent les préjugés en place dans la psyché guadeloupéenne. Si la population hispanophone a changé au fil du temps, tant au niveau du nombre que des compétences apportées, la désinence est restée la même.Dans le subconscient collectif, l’image de la République Dominicaine sur le sol guadeloupéen se résume aux professionnelles du sexe qui arpente la rue Raspail, dans le quartier du Carénage. Cependant, cette perception étriquée, défavorable et voire xénophobe ne rend pas compte de l’intégration des Dominicains, et en particulier les femmes, dans le paysage socioculturel guadeloupéen. Le présent travail examine le décalage existant entre le lexique dévalorisant et la contribution dominicaine réelle dans le champ esthétique. Une attention particulière est accordée aux causes et condition de la réinstallation, aux relations entre les immigrés et leur pays d’origine, entre les étrangers dominicains et l’île d’accueil, et enfin entre les membres de la diaspora dominicaine vivant en Guadeloupe.

Downloads

Não há dados estatísticos.

Biografia do Autor

Alix Pierre, Spelman College

Diplômé de l’Université de la Sorbonne, Paris III (Maîtrise, Diplôme d’Études Approfondies) etthe Florida State University (Doctorat), Alix Pierre enseigne dans les départements de World Languages and Literature et African Diaspora and the World à Spelman College, à Atlanta, aux États Unis. Il a enseigné en France, aux Antilles et dans divers établissements en Amérique. Ses domaines de spécialisation sont les études francophones ainsi que les études postcoloniales. Il s’intéresse en particulier à la réponse artistique des Afro-descendants en état de diglossie dans un contexte (néo) colonial.

 

Publicado
2015-11-16
Métricas
  • Visualizações do Artigo 213
  • PDF downloads: 151
Seção
SEÇÃO LIVRE