LA PLACE DES ÉCRIVAINES DANS LA LITTÉRATURE MONDIALE: CARTOGRAPHIE MÉTACRITIQUE DE LA MARGINALISATION DES FEMMES

  • Carolina Ferrer

Resumo

Cette étude surgit de l’articulation du concept de champ (BOURDIEU, 1992) avec la scientométrie (PRICE, 1963). En nous basant sur l’approche de la criticométrie (FERRER, 2011), nous analysons empiriquement la réception critique des écrivaines et de leurs œuvres à partir de l’exploitation des références de la Modern Language Association International Bibliography. Ainsi, à travers l’analyse des métadonnées et l’élaboration de plusieurs cartes et indicateurs, couvrant la période 1844-2016, nous montrons que les écrivaines occupent une place minoritaire dans les publications. Elles sont nettement sous-représentées dans la majorité des littératures nationales, notamment en Europe et aux ÉtatsUnis. En particulier, l’analyse métacritique de la bibliographie sur 10 des écrivaines les plus étudiées dévoile une circulation plutôt restreinte de leurs œuvres. Ces constats nous permettent d’affirmer que les femmes occupent une place marginale dans les études littéraires.